Un rêve ultime : la ferme du bien-être

Un rêve ultime : la ferme du bien-être

J’ai envie de prolonger un peu l’esprit vacances. Alors mes articles sur mon bilan de compétences, ma future vie pro et tout ça, ça attendra la semaine prochaine. Voire même celle d’après si j’en crois mon planning Blog. Oui, j’ai un planning Blog, je suis organisée. Parfois. Aujourd’hui, dans la droite ligne de l’article précédent sur les chats qui m’aiment, je vais vous parler de mon projet de rêve. Rêve comme “ça n’arrivera jamais pour raison de dineros” mais vous le savez, rêvasser, c’est ma grande passion. Il se passe tant de choses dans ma tête et pour une fois, je vais vous partager une de ces petites fantaisie à savoir : la ferme du bien-être.

Mon rêve de ferme du bien-être
(c) Caroline Zumbiehl

Droguée au bien-être

Je suis globalement accro au bien-être. C’est une obsession chez moi. Je veux me sentir bien, tout le temps. Ce qui est quelque peu compliqué dans nos vies de fou et une injonction potentiellement toxique. Idée d’article ! Ok mais c’est flou, le bien-être. Chacun sa définition. Donc pour moi, ça se résumerait en douceur, calme et volupté. Oui, je sais normalement c’est « luxe » mais pour le coup, pas tant que ça. Le bien-être, je le ressens plus dans un hamac (en tissu, pas en filet) bercé par une douce brise dans un jardin que dans un king size à l’hôtel à la clim. Oui, à 42 ans, je n’arrive toujours pas à régler correctement une clim. Je me demande si j’ai pas une part de mauvaise volonté, un peu comme ma mère qui n’a jamais su régler un magnétoscope. Car comme elle disait “ça m’intéresse pas et vous êtes là pour le faire”. Bref, ce que je recherche dans le bien-être, c’est de la détente et de la sérénité. Ce que j’ai assez rarement dans mon quotidien parce que… la vie.

Un rêve quasi fou

Ayant réalisé quelques stages de yoga dans ma vie, ayant visité un café des chats et ayant une légère obsession pour le DIY, je me suis mise à rêver de pouvoir tout combiner. J’en ai rêvé bien avant le bilan de compétences. Imaginez une vieille ferme réhabilitée. Dans la ferme elle-même, le côté chambre d’hôte. Une capacité d’accueil assez basse car on veut du calme. Ensuite, tout ce qui est grange et corps de ferme va devenir des ateliers. Pour recevoir des stages de yoga, de pilâtes, de peinture, de scrapbooking ou peu importe. D’où la capacité d’accueil assez basse, on mise d’abord sur les groupes.

Un petit massage ?

Mais ce n’est pas tout. Ma ferme du bien-être ne sert pas que de pension pour yogi, non, non. Il y aura des massages ayurvédiques, aussi. Peut-être en prodiguerai-je quelques uns, peut-être que je ferai appel à des masseurs ou masseuses du coin selon la demande. Oui, pour rappel, ceci est un rêve et je peux imaginer faire une formation Ayurveda.

Massage ayurvédique
(c) Katherine Hanlon

Ma jolie boutique

Et puis y aurait possibilité de venir même si on ne séjourne pas pour profiter de la boutique. Oh, une modeste échoppe où je vendrais ce que j’ai le temps de machiner quand je ne suis pas occupée avec mes hébergés. Des illustrations PowerPoint Art encadrées, des bricoles. Et des plantes. Depuis que j’ai un jardin, je plante les graines de tout ce que je mange ou à peu près. Je trouve ça tellement jouissif de voir les premières petites feuilles émerger. L’idée serait donc de cultiver quelques plantes comme ça que je mettrais dans des pots homemade (ciment, à priori). Je vous cache pas que ce point là, je réfléchis à le réaliser pour de vrai. Je ne sais juste pas comment je peux vendre des plantes en ligne. Enfin, les vendre, si… Les expédier sans les tuer par contre…

Fleur de melon
Là, par exemple, j’ai planté quelques graines de melon et hop !

Et un café des chats !

Mais je parlais de deux possibilités de venir à la ferme du bien-être. On parle de mon rêve et qu’est-ce qui manque dans ce tableau ? Des chats, évidemment ! Je l’avais teasé en intro. Alors pas d’élevage, hein. Non, juste un salon de thé avec des chats. Je ferai les cookies et cakes moi-même ! Des recettes véganes, même. Des petits matcha latte (latte d’avoine, hein), spicy ou pumpkin latte, des thés ou du café pour un moment cosy. Je l’imagine, mon salon, un lieu pas très grand avec des chaises de différentes formes et tailles. Un peu esprit “tea time au pays d’Alice aux pays des merveilles”. Ca me donnera une bonne raison pour faire des Powerpoint inspirés d’Alice au pays des merveilles. En faisant moins copier/coller que ma dernière version. Pour les chats, priorités aux petits abandonnés de la vie, tant qu’ils sont sociables. Un peu comme chez moi actuellement.

Alice au pays des merveilles
Oui, c’est un Powerpoint Art, ça, on le voit aux quzlques éléments qui dépassent

Et un peu d’écriture, quand même

Et puis pour les stagiaires, je ferai venir des cheffes qui peuvent faire de la cuisine végé ou végane selon le groupe, des produits locaux et de saison. Quand j’aurais deux minutes, quand les groupes font du yoga et que personne ne vient prendre le thé, je pourrai créer. Mes bricoles pour ma petite boutique ou écrire. D’ailleurs, faudra que je sème une ou deux boîtes à livre dans ma ferme du bien-être. Evidemment, je glisserai en douce quelques exemplaires de mes romans.

Je rêve et j’en suis consciente

Quoi ? Qu’entends-je ? Des voix discordantes qui me signalent que mon plan est boiteux et qu’à part m’amener à la ruine et/ou au burn-out, j’irai pas bien loin. Mais on s’en fout parce que je rêve. Ma ferme, je l’ai pas, je sais pas où la chercher. Et même d’ailleurs, puisque je rêve, je m’imagine très bien dans une de ces grandes maisons bourgeoises dans la campagne girondine. Un peu comme certains spas qui existent déjà, oui. Mais pas un truc qui fasse trop château non plus. Il faut qu’on s’y sente bien, en priorité. Qu’on s’y balade sans avoir l’impression de devoir se déplacer en patin. Le patin qui protège le parquet, hein, pas les patins à roulettes. Ce genre de petite bicoque, ça doit se chiffrer à quoi ? Un million ? J’en ai trouvé une franchement pas mal à 1,25 millions. Bon, c’est un peu loin de tout et il faudrait acheter une voiture mais… comme j’ai pas 1,25 millions et que je suis un peu au chômage actuellement, on peut rêver en faisant fi de ce petit détail.

Et ça fait du bien

Bref, cet article est une pure fantaisie. J’aime rêver à ma ferme du bien-être de temps en temps. Développer un service, imaginer un petit musée Lego ou Playmo, un atelier diorama, etc. On en rêve parfois à deux, aussi, avec Victor. C’est un rêve tellement gros et irréaliste que ça ne frustre pas. Parce qu’il se réaliserait, ce serait pas si fantastique que ça. Déjà, je serai sans doute trop occupée par le concret pour “bricoler” des trucs pour ma boutique. Mais dans mes rêves, je fais bien tout ce que je veux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.