Comment le PowerPoint Art me rend heureuse

Comment le PowerPoint Art me rend heureuse

Bonjour à tous ! Nous sommes lundi et le lundi, moi, j’aime pas trop ça. Alors on va parler d’un truc que j’aime et qui m’épanouit au-delà de ce que j’imaginais, un truc qui m’a propulsée dans un nouvel univers créatif. Une activité qui a enfin détruit l’un de mes plus grands complexes artistiques. Oui, j’ai des complexes artistiques. Donc aujourd’hui, on va parler du PowerPoint Art ou comment je peux enfin créer des dessins.

Bagarre Lego en Powerpoint Art
Affiche alternative de ma comédie musicale en Lego

Je veux tous les talents ! 

Peut-on avoir tous les talents ? Je n’en sais fichtre rien et je m’en fiche un peu. Déjà, c’est à partir de quel niveau qu’on définit un talent ? Dans les univers artistiques, j’ai grosso merdo deux talents. J’écris et je chante. Il paraît aussi que j’ai un bon sens de la compo photographique mais vu que ce commentaire vient d’un mec qui me lutinait dans le temps, je ne sais pas si je dois accorder de la valeur. Mais le talent, c’est aussi ce qu’on en fait. J’ai une voix pas mal et je chante juste. Je chope bien les notes, apparemment. Mais ce n’est pas pour autant que je suis une musicienne accomplie. Je me définis comme chanteuse de salle de bain. J’aime chanter, ça me rend de bonne humeur. J’aime écrire pour la même raison. Et je n’attends rien de plus de ces talents.

Echec artistique

Et puis il y a la création graphique, le dessin au sens large du terme. Ma plus grande frustration. J’aime écrire parce que ça me permet de me vider la tête de toutes les histoires qui y vombrissent. Mais j’ai aussi des images, des univers que j’aimerais concrétiser et… Ciel le bide. Je suis nulle. Le pire, c’est quand j’étais ados. Je lisais des mangas de type Studio Clamp, très esthétisés. Et j’essayais de faire des trucs et… prffft. Des dessins d’enfants. Et encore, un enfant vraiment pas doué. Je me souviens qu’une nuit, j’avais rêvé que je commençais à dessiner une BD bien complexe à base de Royaume sous-marin, de sirènes ou je ne sais plus, j’étais si heureuse. Evidemment, une fois réveillée, mes bonhommes bâton ne pouvaient pas faire le poids. 

Un dessin moche

Trouver le bon outil…

Mais j’ai de la chance, je vis à l’ère du numérique. Ce que mes mains ne seront pas faire, mon ordi saura. Avant de clore le chapitre du dessin à la main, une précision. Je sais que c’est en forgeant qu’on devient forgeron et que je me frustre vite. Evidemment, c’est pas au bout d’une heure de gribouilles que je vais devenir une artiste. Mais vraiment, j’ai la main peu sûre. Déjà, quand j’écris, c’est affreux. Donc j’ai cherché la solution magique. Et parfois, je me crois un peu trop Magic autodidacte. Par la magie de la mule, je me procure Blender. Ahah, je vais faire du dessin 3D de ouf ! Me suffit de deux notices explicatives et ça ira. Bon, j’ai réussi à faire une sorte de cochon… qu’il fallait regarder que sous un seul angle sinon, c’était juste un amas de formes géométriques sans lien. J’ai récupéré également Photoshop mais, tout puissant que soit l’outil, il va pas dessiner les images que tu as directement dans la tête…

Premiers pas sur Illustrator

On passe à 2017. Je chope une formation sur Illustrator. Prenant un peu la confiance, je réalise ce petit hommage à Mucha. En vrai, une sorte de décalque d’un de ses tableaux et je suis fort fière de moi. Mais voilà, je n’utilise plus l’outil pendant des mois et quand je décide de me lancer dans ma carrière artistique, je galère. Je me rappelle pas des commandes et surtout, j’ai des réflexes. De type dupliquer en tapant nonchalamment sur “ctrl+D”. Comme sur PowerPoint. PowerPoint que j’utilise au quotidien. En parallèle, il y a cette autre marotte qui me tente tant mais je ne me lance pas : le paper art. Là, ça commence à bouillonner dans ma tête. PowerPoint, le paper art. PowerPoint, le paper art…

Mon hommage à Mucha réalisé sur Illustrator
Faudrait que je refasse ce dessin en PowerPoint Art pour comparer

Coupage et collage mais virtuels

La solution est simple : lançons nous dans le PowerPoint art. C’est peu ou prou le même principe : faire des collages ou découpages selon les formes que je veux créer. Je choisis une photo ou plusieurs selon ce que je veux créer et je me lance. Il y a des jours plus galères que d’autres. Parfois, je me perds trop dans les détails comme mon tableau Vissvass où j’ai passé des jours à faire des détails de l’étang. Et ça se voit même pas à l’arrivée.

Vissvass, Suède, en PPT Art

Moins de décalcage, plus de conception

Pour le moment, je tiens la rampe ferme mais il va falloir que je me perfectionne et que je trouve mon style. Mon travers : c’est de trop vouloir recopier et de ne pas imaginer un côté plus infographique qui donnerait un résultat tout à fait satisfaisant. C’est un peu le souci de mon PowerPoint Art, je n’ai pas de parti pris. Je tâtonne, je trifouille, je bute. Et en même temps, je trouve ça assez excitant de chercher mon propre style. J’aime les paysages, j’essaie aussi d’incarner des moments de vie, d’être un peu lifestyle.

Ete, j'oublie tout

Je fourmille de projets

Et puis j’ai des projets. Le PowerPoint Art me permet enfin de réaliser des oeuvres visuelles, mon frein de toujours. Je me suis fait quelques contenus pour mettre en scène ma vie d’écrivaine… ce que j’ai souvent la flemme de faire, d’ailleurs. J’ai quelques projets persos qui auraient besoin d’une petite image, aussi. Et puis, y a eu l’affiche de la comédie musicale. Le brouillon et la définitive. Je n’ai plus ces limites là. Et j’ai des idées de réalisation, plein. Notamment sur les “princesses parisiennes” et les affiches “stations balnéaires et thermales”. Ce qui me permettra en prime de choper une petite culture sur le sujet… Et puis surtout, le PowerPoint Art a un avantage énorme : il me permet de rentabiliser les réunions chiantes. 

Va falloir trouver le temps

Finalement, comme souvent, à présent que j’ai fait tomber cette barrière, mon principal frein va être… le temps. Mon mortel ennemi, ahah ! En attendant, j’arrive à des résultats de plus en plus satisfaisants. A terme, va falloir que je trouve comment les imprimer joliment et les encadrer. A terme, les vendre ? Ca marchera peut-être mieux que mes romans, ahahah… ahah… ah. Et à propos de Mucha… (travail en cours)

Un PowerPoint Art dans le style Mucha
Version Mucha de Maja de Green !

 

2 Replies to “Comment le PowerPoint Art me rend heureuse”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *