Trois astuces pour nuits douillettes

Trois astuces pour nuits douillettes

Je joue un peu sur les algorithmes, ne m’en voulez pas. Mon nouveau boulot a pour (seul ?) mérite de bien m’initier au SEO et je m’amuse un peu. Même si je vais lancer un blog un peu plus dédié au sujet. Enfin, je dis ça… En ce moment, je suis si fatiguée que j’arrive plus à écrire. Ni blog, ni roman, rien. Plus de jus. Alors pas de panique, je n’ai pas le Covid, à ma connaissance, et pas trop de soucis de santé. Non, c’est juste que c’est l’hiver, que je suis pressée comme un citron au boulot et que le froid m’annihile. Alors en attendant de retrouver l’élan, parlons de mon sujet préféré : dormir. Ou comment j’ai mis en place deux ou trois trucs pour retrouver des nuits douillettes

Nuits douillettes
(c) Gregory Pappas

Longtemps, j’ai été fille de la nuit

Le sommeil et moi avons une relation un peu compliquée. Longtemps, je l’ai aimée mais un peu maltraité. Volage, je lui consacrais peu de temps, m’encanaillant dans les bras de garçons de passage, m’amusant avec des amis jusqu’au coeur de la nuit. Ou alors je me couchais si tard car j’étais trop occupée à écrire. Ou plus certainement à jouer à des jeux en ligne, regarder des séries pas toujours chouettes. Genre Spartacus. J’étais la fille qui dormait cinq heures par nuit et je trouvais ça très bien. Tout ce temps gagné… Bon gagné pour rien puisque je me lobotomisais à coups de Candy Crush, donc. Même si j’ai reconnu une certaine utilité à ces occupations

Et puis j’ai retrouvé le goût de dormir…

Et puis, je me suis assagie. L’âge ou la routine amoureuse. Voire les deux. Aujourd’hui, éteindre après minuit en semaine me paraît d’une audace folle… et d’une audace qui ne me plaît même pas puisque j’aime m’abandonner aux bras de Morphée. Surtout qu’avec mes quelques astuces, j’ai une qualité de sommeil plutôt satisfaisante et beaucoup moins de coup de barre de 14h. Mais alors, quelles sont-elles, ces astuces, nan de Dieu ? Ca fait trois paragraphes qu’on pérore et on n’y est pas encore. Oui, oui, alors voici mes secrets de nuits douillettes

Le secret de mes nuits douillettes

Le coussin à mémoire de forme

Alors limite, je pourrais m’arrêter à celui-ci. Un petit miracle. Ma mère nous les a offerts à Noël y a deux ans, j’étais curieuse. Testé, validé ! Je sombre dans le sommeil en quelques minutes mais surtout… surtout… et là, ça va vous étonner. Mon mec ne ronfle quasi plus avec. C’est pas qu’il ronflait tant que ça mais il le faisait en s’endormant et ça me faisait rater le premier train du sommeil. Ce qui ne me mettait pas de très bonne humeur. Finalement, le seul défaut majeur du coussin de forme, c’est que c’est lourd et gros donc intransportable et quand on part en vacances. Et à propos de vacances, enchaînons sur mon astuce n°2

Chacun sa couette !

Oui, prendre des vacances est une bonne façon de dormir, certes, mais ce n’est pas de ça donc je voulais parler. Mais de la double couette individuelle ! très en vogue dans les pays d’Europe centrale, on l’a croisée notamment en Allemagne, Autriche, Danemark ou encore République tchèque. Moi, je l’ai de suite adoptée mais mon mec chouinait un peu plus car ça complique les câlins. Alors déjà, non mais surtout… c’est la clé pour des nuits apaisées. Puisque vous avez votre couette, vous en faites bien ce que vous voulez. Que vous la repoussiez car vous avez trop chaud ou que vous vous loviez dedans, ça ne dérangera pas votre partenaire. Non seulement il n’y a plus de dispute pour la couette à base de “mais tu prends tout !” mais surtout… c’est vachement plus fluffy.

Secret des nuits douillettes : la double couette
Les chats apprécient aussi d’avoir chacune leur couette pour leur sieste

Mélatonine, ma copine

Sur ce point, tout le monde ne va pas être d’accord, j’en conviens. Pendant longtemps, j’ai cherché un coup de pouce au sommeil. Essentiellement pour m’endormir avant mon mec qui ronfle. Évidemment, il y a la tisane et j’aime bien dans l’absolu. Surtout en ce moment, me mettre du chaud dans le bidou, c’est toujours une bonne idée. Titre, oui. Mais la tisane a un énorme défaut. Oui, vous voyez de quoi je parle. Parce que vous savez ce qui n’est pas top pour le sommeil ? C’est devoir se lever à 3h du matin pour aller aux toilettes parce que la vessie est si pleine qu’il n’y a aucune autre alternative. Donc j’ai finalement opté pour des compléments alimentaires à la mélatonine. C’est sans accoutumance, on n’en prend qu’en semaine et vraiment… je m’endors pas, je sombre. Plus de pensées parasites de type “ma to do de la semaine que je ne parviendrai jamais à terminer, tuez-moi”. Vous pouvez trouver ces compléments alimentaires à base de mélatonine dans n’importe quelle parapharmacie ou magasin bio.

Et le yoga ?

Après, je suis sûre qu’il existe mille autres astuces. Par exemple, le yoga, la méditation… Déjà, je m’impose de couper les écrans au coucher, sachant qu’on va passer 20 à 30 mn à glander. Aka lire pour moi même si en ce moment, j’ai un peu de mal, j’ai eu deux ou trois mauvaises pioches sur mes derniers romans. Je pense que je vais aussi m’appliquer à ne pas allumer d’ordis le soir et délaisser un peu mon téléphone pour écrire un peu à la main et faire des bracelets brésiliens. Faire des noeuds, ça détend, oui. Je vais encore tester quelques trucs et je vous tiens au jus.

Bonne semaine et si vous galérez autant que moi en hiver, on sait déjà ce qu’on va se souhaiter : vivement ce soir qu’on se couche !

 

One Reply to “Trois astuces pour nuits douillettes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *