Pourquoi j’échoue ?

Pourquoi j’échoue ?

Alors que la fin d’année approche et que je m’apprête à faire ma liste des bonnes résolutions parce que j’adoooore ça, je me prépare à affronter l’échec. Hé oui, chaque année, je me pose devant ma liste des résolutions de l’année passée et je réalise tout ce que je n’ai pas fait. C’est pire que de se peser après les fêtes… enfin, je suppose, j’ai pas de balance. Alors je le sais, j’échoue à cocher toutes les cases. Mais pourquoi en fait ?

Pourquoi j'échoue ? La glace tombée
(c) Sarah Kilian

J’échoue parce que… ? 

Il existe plusieurs causes d’échec. Je vais balayer celle du “j’ai tout fait mais ça n’a pas marché” car je vous prépare un article sur le mérite et on en parlera à ce moment-là. Là, je  veux parler de l’échec, “je voulais vraiment mais j’ai jamais réussi à mettre en place la bonne routine”. Parce que je suis persuadée, à tort ou à raison, que le secret de la vie plus jolie, ce sont vraiment les rituels. Je cours après la journée parfaite depuis des années qui mêlerait travail (parce que pas le choix), énergisation (sport y compris marche), création (écriture et DIY) et relaxation (méditation, sociabilisation, divertissement). Le problème, c’est que j’ai un foutu chien dans mon jeu de quille : la procrastination. 

Trop de fatigue

Alors la procrastination, elle est parfois liée à la fatigue. Je suis très ambitieuse dans mes plannings de journée. Je veux vraiment obtenir tous les jours mon CRET (Création, Relaxation, Energisation, Travail… Ca va l’acronyme comme ça ? Ou alors CERT ? TERC ? TREC ?) mais… la vie ne m’aide pas toujours. J’ai parfois une vie sociale. La semaine dernière, j’ai eu un pot de départ. Comme en ce moment, ma vie est un peu nulle, j’ai un peu abusé du gin tonic (appelé ginto d’un air prétentieux beaucoup trop tôt dans la soirée). Conséquence : niveau écriture, j’étais en retard. Je me suis rattrapée au détriment des blogs (moins importants). Et de façon générale, nous sommes dans une partie de l’année où j’ai à peu près autant d’énergie qu’une vieille pile alcaline de walkman qui fait jouer votre K7 bizarre*. Peut-être que mon échec est plus dû à mon ambition trop élevée qu’à une réelle procrastination ?

A la recherche du temps perdu

Oui mais non. Dès que je récupère une vie normale (après les grèves, j’entends), je vais timer mes journées. Je vais traquer les minutes perdues. Pas tellement dans un but d’ultra performance mais pour comprendre pourquoi, alors que j’ai du temps, y a rien qui avance. Pourquoi je passe l’après-midi sur du mahjong en ligne plutôt que d’écrire, relire ma prose, enregistrer un podcast… Oui, y a le coup de barre post dej (qui s’est atténué depuis que je mange plus de desserts mais ça reste mou mou) mais pas que. Oui, y a toujours la gangue mais à un moment, faut que j’en fasse un moteur. 

J’échoue par peur d’échouer ?

Pourquoi j’échoue à faire de mon CRET ? Je n’écris pas autant que je voudrais car ? Pourquoi je me raconte plein d’histoires dans ma tête en jouant à Candy Crush plutôt que de les coucher sur papier ? Pourquoi je préfère regarder des gens qui créent sur Instagram plutôt que de me lancer ? Echoué-je par peur de l’échec ? Oui, carrément. Pas tellement pour l’écriture où mon but premier reste de me raconter des histoires mais sur le DIY, oui. Sans parler de gaspillage et parfois, c’est vraiment trop long. Par exemple, j’avais tenté de me tricoter des pulls… j’ai tellement foiré que ça fait deux ans que j’ai pas touché une pelote. Alors que c’est une activité qui aurait plus sa place dans le R que dans le C. J’ai envie de me lancer dans le paper art mais je ne vois que le papier que je vais gâcher en me trompant et la brûlure de la déception. Je ne vais pas au sport car je me trouve fatiguée. A la place, je me dis que je vais écrire sauf que je végète sur le canapé. Ne rien faire, au moins, ce n’est pas échouer.

Dormir sur le canapé

Il faut écouter ses échecs. Pourquoi j’échoue ? Peut-être parce que j’ai peur. Peut-être parce que ce point-là n’est pas important pour moi. Pourquoi j’arrive pas à me lever à 6h ? Peut-être par fatigue mais peut-être aussi parce que je préfère rester au lit avec mon amoureux. Pourquoi j’écris pas ? Parce que je suis fatiguée et que l’inspiration ne vient pas. Il faut aussi être indulgent avec soi. Nous ne sommes pas des robots. Parfois, on coche toutes les cases de la to do avec facilité et parfois, on n’arrive à rien. Ca arrive. On fera mieux demain. Le tout, c’est de ne pas vivre dans cette illusion frustrante qu’on fera mieux le lendemain pour mieux se flageller ensuite car on n’a pas plus avancé. 

* J’ai 40 ans dans moins de 5 mois, je commence à me glisser dans mon rôle de meuf un peu dépassée.

One Reply to “Pourquoi j’échoue ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *