Voyage organisé ou voyage qu’on a organisé ?

Voyage organisé ou voyage qu’on a organisé ?

A l’heure où vous lisez ces lignes, je suis en vacances. Ouais, je suis pas partie depuis l’Égypte hormis deux week-ends mystères et un retour à Toulouse, j’ai besoin de souffler. Donc, là, on est en mode all inclusive dans un hôtel adult only (comme à Fuerteventura l’an dernier, je vous raconte ça bientôt) mais nos prochaines grosses vacances, ce sera du 100% by us (enfin, surtout by me). Alors voyage organisé ou voyage en liberté, c’est quoi le mieux.

Mykonos, soleil couchant

Et bien ça dépend. A la semaine prochaine ! Bon, on va procéder méthodiquement (ça m’arrive) avec les avantages et défauts de chaque format. 

Voyage organisé

Alors il y a différents niveau d’organisation. Le all inclusive, que l’on apprécie en vacances repos car on n’a pas à se tracasser de nos repas (mais on se sent libre de manger à l’extérieur si on part se balader en journée). En général, dans ce type de séjours, on peut passer aisément au niveau deux de l’organisation : les excursions.

En route pour les excursions !

Alors comme dans notre couple, je suis la seule à avoir le permis et que je conduis tellement JAMAIS (deux fois par an en moyenne) que prendre le volant devient une source d’angoisse. Donc si je peux m’éviter ça, je le fais. Nous avons donc pour se faire les excursions organisées. Je classerais ces dernières en deux catégories : les « franchement, ça va être galère de se faire ça tout seul (ex : visite d’une île voisine avec bateau + bus) » et les « oh la flemme ». L’expérience nous a appris de lutter contre notre flemme.

La vallée des papillons à Rhodes

Le plus gros inconvénient : les gens

Parce que les excursions, tu te préoccupes de rien et tu peux lire pendant le transport (ce qui est plus difficile quand on conduit, on va pas se mentir)(oui, j’ai la chance de pas être malade en transports). Mais c’est quand même assez cher (plus qu’une location de voiture à la journée) et y a des gens. L’excursion, c’est la loterie. Des fois, tu tombes avec des gens polis et disciplinés qui écoutent ce qu’on leur dit. Parfois même, ces gens t’épargnent leurs commentaires beaufs voire racistes. Mais parfois…

Voyage organisé au Caire

Pour l’anecdote, notre pire excursion. A Rhodes, balade dans l’île avec en point d’orgue, la vallée des papillons (je recommande). Premier arrêt : la plage pour une durée de… 3h. Troiiiiiis heures. Avec transat payant, évidemment. Je ne suis pas fan de la plage, une heure, je trouve ça bien suffisant… on finit par repartir en retard car une mère et sa fille sont encore à la paillote et n’étaient pas encore servies. C’est reparti, les sept sources (sympa aussi), la vallée des papillons. On prévoyait un plouf dans la mer en rentrant car c’était notre dernier soir. SAUF QUE. Au moment de repartir, je vois le guide qui nous compte. Une fois, deux fois, trois fois… et putain il en manque. Tout le monde capte qui sont les absentes vu que ce sont les mêmes qu’à l’arrêt précédent. Le guide a dû les récupérer en voiture car elles n’avaient rien écouté et redescendaient par la route (idée de merde dangereuse). Quand elles ont fini par entrer dans le bus 45 mn après le départ prévu (bye le bain de mer), aucune excuse. 

La vallée des papillons à Rhodes
J’avais pris cette photo avec mon smartphone donc qualité bof mais on voit bien les papillons

Suivre sans réfléchir

Du coup, les excursions, on est refroidis. Même si ça ne se passe pas toujours mal, ça avait roulé parfait à Lanzarote. En Égypte, on était dans un groupe coopératif et les commentaires racistes, on les a surtout entendu dans d’autres groupes (l’impunité du touriste occidental). L’Egypte, d’ailleurs, niveau ultime de l’organisation, un peu comme les voyages UCPA. Tu suis. L’Egypte, on s’appelait carrément dans ta chambre pour le lever. Lever 5h, départ du bateau à 6h, visites, dejs… quelques temps libres mais c’est la régression totale, les vacances avec tes darons qui choisissent le programme et tu suis. Et niveau charge mentale, c’est top, pas mieux. Mais le défaut majeur, outre les gens, c’est l’absence totale de souplesse. 

Voyage en liberté

Exemple majeur pour moi : le Japon. Au début, je voulais passer par une agence de voyage « pour pas m’emmerder » mais mon cher et tendre me dit remarquer qu’on économiserait de l’argent. Effectivement, on a dû économiser pas loin de 1000 €… par personne. 

Osaka, le quartier Dotonbori sous la pluie

Et j’avoue que j’ai pris goût à organiser ce petit périple, au point que j’envisage parfois de lancer un blog voyage prospectif qui me permettrait d’avoir des circuits tout prêts pour mes prochains voyages. Mais bon, au moment où j’écris cet article, je pars à Corfou dans quatre jours et j’ai rien maté.

Un voyage tout en souplesse

Le voyage en liberté a l’incroyable avantage de la souplesse. Modulo les horaires de transports et d’hôtels ou d’AirBnB. Et encore, pour le Japon, j’ai trop verrouillé certains trucs, d’où le fail monumental du Mont Fuji. La prochaine fois, on y reste plusieurs jours pour être sûrs…

Le Mont Fuji caché par les nuages

L’autre aspect cool du voyage en liberté, c’est la possibilité de choisir ce qu’on va voir. Pour en revenir au Japon, j’avais contacté des agences de voyage pour avoir une idée de circuits et aucun n’intégrait le Mont Fuji, justement. Ni le ryokan au coeur de la montagne. Bien sûr, on n’est pas à l’abri des erreurs, des galères, de la fatigue. Mais on peut faire un voyage un peu différent si on en a envie. Se ménager des pauses, prendre le temps. 

Se retrouver

Et ça permet surtout de se retrouver. Se retrouver en amoureux certes mais aussi se retrouver soi. J’aime bien être seule de temps en temps. C’est pour ça que j’aime autant la plongée : pendant une heure, personne ne me parle. Lors de mon voyage à Cuba, la vie sociale finissait par me peser un peu, j’avais juste envie d’être un peu seule avec moi-même pour lire ou écrire ou juste rêvasser. 

Voyage organisé : lever de soleil à Cuba

Certains sont des acharnés de l’un ou l’autre. Moi, ça dépend vraiment de mon état de fatigue au moment de la réservation. Parfois, j’ai juste envie d’être prise par la main, d’autres de découvrir par moi-même. Du moment que je peux un peu me retrouver en tête à tête avec Victor ou moi-même, tout me va.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Voyage organisé ou voyage qu’on a organisé ?”

  1. Je suis une inconditionnelle du voyage self-made, mais j’avoue que c’est beaucoup plus facile depuis que je suis avec quelqu’un qui conduit, contrairement à moi… Sinon j’ai aussi souvent fait des excursions organisées quand je voyageais seule et qu’il fallait absolument une voiture pour visiter quelque chose, genre le bush australien. Et c’est vrai que c’est toujours la loterie, j’ai eu tous les niveaux de la journée snorkeling hyper bien organisée avec des gens sympa, à la randonnée avec des touristes en tongs qui sont plus intéressés par les pauses repas que par la marche entre deux… Je pense que le choix du prestataire joue quand même un grand rôle pour ce genre de choses!

    1. La voiture, c’est vraiment la grande galère. On vient de rentrer de notre dernier voyage, les excursions organisées ont été un cauchemar : trop de gens, trop de plaintes, trop d’approximation. Du coup, la solution serait d’être très riche et de se payer un guide privé… ou que je me mette plus sérieusement à la conduite. Même si sur cette dernière expérience, on a eu une péripétie pas très cool sur le sujet (mais tout est bien qui finit bien). Après, faudrait trouver des destinations avec des transports en commun au top genre le Japon où la question de la voiture n’a jamais été soulevée mais je rêve un peu trop, là. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *