Régime story : les IG bas

Régime story : les IG bas

Comme pas mal de femmes, j’ai testé des régimes. Sans doute moins que la moyenne. Genre Dukan, j’y suis pas allée et je sais objectivement pas pourquoi. Je suis plutôt team “le régime à ma sauce”. Un coup j’ai fait un régime yaourt, un coup je remplaçais le repas du soir par un litre de thé vert à la menthe. Parce que ça fait maigrir le thé vert, t’sé. Et ça a marché. Sans doute parce que j’avais pas mon ratio de calories mais ceci est un autre sujet. J’ai fait la chrononutrition et surtout le régime IG bas. Et aujourd’hui, je veux vous en parler car il est assez typique de l’échec de tout régime. Ou rééquilibrage alimentaire enrichi en restrictions alimentaires de maboules.

Régime IG bas
(c) The 5th

Au début, c’est le bonheur

Pourtant, ça avait hyper bien commencé. Première semaine, je perds visiblement du poids. Visiblement parce que je ne me pèse pas. J’ai la dalle mais ça va. Malgré un faux pas dès le premier jour : j’ai pris des petits-pois à la cantine car je ne devais manger que des légumes avec ma viande ou mon poisson. Or les petits-pois ne sont pas des légumes mais des légumineuses, oupsie. J’aime même pas ça en plus ! Sauf en soupe, j’avoue. J’avais faim mais hé, accroche-toi, c’est que la première semaine qui est chaud patate. Après, je vais pouvoir me réalimenter de façon un peu plus variée et tout ira bien. Sauf que… erf.

Aliments tabous et restrictions

Le régime IG bas est restrictif. Tu as une liste d’aliments autorisés, d’aliments à consommer avec modération et des aliments à éviter. Points verts, points oranges, points rouges… Bah comme Weight Watchers, en fait, sauf qu’au lieu de classer les aliments par catégories, on les classe par indice glycémique. Concept que j’ai pas défini mais en gros, on va privilégier les éléments en pauvre en glucides et en amidon. Donc on va préférer les trucs complets aux trucs raffinés, par exemple. Alors dans l’absolu, pourquoi pas. Cependant comme tout régime restrictif, il y a des tabous qui, avec le temps, deviennent particulièrement difficiles à gérer. En entamant ce régime, j’ai dit adieu au chocolat blanc, aux bananes trop mûres ou encore aux dattes. Alors je mange pas ce genre de produits tous les jours mais l’idée de plus jamais en manger, ça me chagrinait un poil. 

Une belle pavlova
Tiens, faudrait que je tente la Pavlova
(c) Toa Heftiba

L’introuvable farine à l’orge mondée

Et puis en vrai, ça devient rapidement compliqué, cette histoire.  Le pire, c’était pour la pâtisserie. J’aime bien pâtisser donc forcément, je me suis procuré un ou deux bouquins. Et j’ai galéré à trouver les ingrédients. Genre la farine d’orge mondée, ça a été mon combat pendant des mois. J’ai un jour trouvé un magasin bio qui en faisait, j’ai cru que c’était Noël. Magasin bio ? Ah oui, y a ça aussi. Ce régime coûte une blinde. Parce qu’il faut de l’huile de coco et du sucre de coco, de la farine d’orge mondée ou d’épeautre, pas de pâtes blanches ou semi-complètes, non, non, non. Et ça, c’est quand je cuisine. Parce que manger à l’extérieur devient une vraie gymnastique mentale. Surtout à la cantine où les légumes ne sont pas très bons. C’est une vérité absolue de cantines. Ca manque de croquant, de goût, de tout. Mais côté pâtes and co, c’est que de l’interdit : de la pâte blanche, de la patate, du riz même pas basmati… Pour le resto, soit je consultais la carte en ligne pour choisir mon plat en avance. Ou j’allais à la crêperie parce qu’une petite galette complète, ça passe.

Quand manger devient un stress

Alors voilà. Je parle du régime IG bas comme je pourrais parler de n’importe quel régime. Même si on lui colle l’étiquette de “rééquilibrage alimentaire”. On veut raconter qu’on fait ça pour être sain alors qu’on fait ça pour perdre du poids. Avec la phase Lune de miel jusqu’à ce que tu pètes un câble parce que tu trouves pas de banane assez verte ou que tu aimerais bien faire cette recette de pâtisserie vegan mais tu peux pas parce qu’il faut 12 dattes et que c’est péchéééééééééé ! Mais surtout, en vérité, tu aimerais juste pouvoir manger sans te prendre la tête. Pouvoir acheter de la farine sans passer par trois ou quatre magasins bio pour trouver enfin ce qu’il te faut. Ca ne marche jamais à long terme, surtout quand t’as une vie qui te pousse le soir chez toi totalement vidée avec peu de foi pour faire deux heures de cuisine. 

Des spaghettis bolognaises
(c) Mae Mu

Et manger du chocolat blanc

Et c’est pas grave. C’est tout le récit de cet article. Ce n’est pas grave. Les régimes ou les rééquilibrages alimentaires, de par leur caractère restrictif, sont forcément des échecs. Parfois au bout d’un mois, parfois au bout de six, des fois plus. Mais est-ce que vraiment, vous avez envie de passer une vie à vous priver ? Non parce que je mange pas de chocolat blanc tous les jours mais l’idée de ne plus pouvoir le faire est stressante, en un sens. SI j’en ai envie… bah je me fais plaisir. Et l’avantage, c’est que c’est tellement sucré qu’en général, mon envie de chocolat blanc est super vite calmée. Mais voilà, je trouve déjà que c’est compliqué de manger « correctement » avec toutes les injonctions, les régimes stars, les régimes “ça, c’est le mal, n’en mange pas”. Aujourd’hui, je n’ai plus aucune idée de ce qu’il faut manger ou pas parce qu’outre les injonctions générales, y a mon corps, y a mon moral. Alors voilà, du régime IG bas, j’ai gardé le lait végétal et le pain de mie complet. Et les galettes complètes mais ça, j’ai pas attendu le régime IG bas pour m’en délecter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *