Fuir Paris pour la Gironde

Fuir Paris pour la Gironde

Le projet était clair, net et précis. En 2021, on tente de fuir Paris. J’avais verbalisé ce désir dès 2019. Je veux rentrer dans mon sud-ouest natal, je veux redevenir Toulousaine. J’avais entamé la discussion dès 2020 dans mon ancien taf mais nous savons tous désormais que 2020 n’était pas la bonne année pour faire des projets. Et grand bien nous en a pris car les lignes ont bougé. La boîte où mon adoré est presta veut l’embaucher et accepte le full remote, moyennant quelques allers-retours. OK, si on doit faire des allers-retours réguliers, on va opter pour Bordeaux. On va y faire un petit tour en mars, on tombe amoureux. Actualité oblige, on ne peut pas descendre avant juillet. Et cette fois-ci, on est déter ! 

Fuir Paris pour Bordeaux

Un premier cahier des charges à l’arrache

C’est la première fois de notre vie que l’on cherche à acheter. Autant dire qu’on n’est pas certains de savoir comment procéder donc on y va à l’arrache. Enfin, pas tant que ça. D’abord, nos désidératas. A 20 mn de la gare St-Jean en transport, 30 max si coup de cœur, un extérieur dont on peut profiter, T3, minimum 60m². Notre budget est pas fou parce qu’on veut pas s’endetter sur vingt-cinq ans. Et on se garde une marge si coup de cœur. Évidemment, je rêve d’une petite maison mais je le mets pas dans mes critères “non négociable”. Surtout qu’on n’a pas très envie de voiture donc proximité transports en premier ! 

Des premières propositions un peu bof

On part donc avec notre petit cahier de charge sous le bras, le cœur léger. On part vers le quartier de La Victoire, un peu au pif, on a repéré deux ou trois agences dans un même coin. Bon, ça commence bien : la première est un garage. Oui, c’est le truc des agents immos indépendants. OK bah on va aller vers des enseignes où on peut entrer, hein. Premiers échanges chez Nexity. Notre budget minimum coince un peu, on nous montre quelques apparts assez bof sur la photo. Et de toute façon, la dame est pressée car elle doit partir en rendez-vous et nous envoie tout ça par mail. 

Place de la Victoire, Bordeaux

Et premières touches !

On file donc chez Stéphane Plaza aka l’agence ou mon mec ne voulait pas aller parce qu’il n’aime pas le bonhomme. Moi, je m’en fiche : je veux visiter des biens ! Si on veut fuir Paris, faut faire deux ou trois concessions. Donc on entre et on refait notre piapia. “Ah pour les villes en banlieue, faudra se rendre sur place, on ne bosse pas en réseau”. OK, c’est top ça… on repère néanmoins quelques biens à voir dont une maison aux Chartrons. Elle a l’air un peu cheloue sur le papier mais on en reparlera. Déjà, quelques touches, ça fait plaisir. 

Et premiers coups de mou

On enchaîne ensuite sur une agence où la dame nous explique qu’elle vient aussi de Paris et que Dauneutes, c’est super, elle-même y vit. Mais par contre, elle a rien à nous faire visiter. Même son de cloche dans l’agence suivante. Parce qu’apparemment, notre recherche correspond à pas mal de demandes et on arrive un peu tard, c’est la saison creuse, tout ci, tout ça. Ah mais pardon, on fait ce qu’on peut. 

Quartier de la Victoire à Bordeaux
Du coup, quelques photos du quartier de la Victoire

A l’assaut de la banlieue

On finit par rentrer, légèrement dépités, et on décide d’attaquer la banlieue dès le lendemain. On veut fuir Paris, on lâche rien. Et évidemment, on va débuter par… Dauneutes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *