Démontons nos mythes sur la minceur !

Démontons nos mythes sur la minceur !

Roh non, tu vas encore nous parler de minceur ? En vérité, pas vraiment mais j’aime vraiment prendre les injonctions à la minceur comme terrain d’exercice c’est l’un des plus prégnants pour la femme. A dissocier de l’injonction à la bonne santé puisque les vendeurs de régime n’hésitent pas à vous recommander un régime hypocalorique drastique. Donc pas super respectueux de votre santé. Donc aujourd’hui, décortiquons deux ou trois de nos mythes sur la minceur et élargissons.

Prenons de la hauteur sur nos mythes sur la minceur
(c) Mihail Macri

Pourquoi maigrir ?

Question principale : quand tu décides de maigrir, pourquoi le fais-tu ? Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse en soi, c’est pas mon sujet. Ca peut-être pour une occasion spéciale comme un mariage, par exemple. Perdre 3 kilos pour rentrer dans sa robe et se sentir rayonnante, ok, je valide. Ah tiens, l’esthétique, point essentiel. Dans mes périodes de célibat, il m’arrivait de me lancer dans des régimes en mode “je vais être irrésistible”. Ca m’est même arrivé quand je cherchais du travail pensant qu’être shapée comme jamais me rendrait plus employable. Alors sur ce point, il existe une discrimination à l’embauche sur les personnes grosses mais est-ce que ça me concerne. Est-ce que 5 kg de plus ou de moins va transformer un non en oui ? Non. Pareil pour la séduction. Si je regarde mon entourage, il me semble évident qu’il n’existe pas de corrélation entre succès amoureux et tour de taille. Tous ces mythes sont d’ailleurs souvent implantés par une société globalement grossophobe. 

Je veux l’énergiiiiiiiiiiie

Mais moi, en vrai, je veux de l’énergie. Quel rapport avec le poids ? La vision de mon corps qui est louuuuuuuuuuuurd, qui se traîîîîîîne. Ah ben oui, ce serait une bonne idée, alors, de perdre quelques kilos. Sauf que si j’étudie un peu la question, je dois reconnaître qu’il y a des jours où je me sens lourde, lourde et d’autres légère, légère ! Parce que ce n’est pas lié à mon poids mais à mon humeur, à mon esprit. Faudra que je vous parle de ça, un jour, tiens. Il y aurait encore plein de choses. Sauf que… est-ce bien vrai tout ça ? Rien que sur cette histoire, je vous montre que nos mythes ne tiennent pas la route dès qu’on s’y penche.

Est-ce que ma vie était différente quand j’étais plus mince ?

Comme la plupart des femmes, je me suis battue pour perdre dix kilos quasiment toute ma vie. Ca fait quoi, 25 ans que j’accumule différentes diètes ? Avec des résultats plus ou moins probants par moment mais finalement, est-ce que ma vie est devenue merveilleuse ? Passée cette phase de lune de miel de grande fierté où tu réussis un truc et que tu t’es acheté un nouveau jean qui te fait un fessier de rêve. Mais une fois ce surplus de confiance un peu retombé, que reste-t-il ? Ta vie a-t-elle changé tant que ça ? Spoiler alert : meeeeeeh. 

Un réveil en toute fraîcheur

En vrai, cette histoire de “quand je serai mince, tout ira mieux”. Moi, j’ai la même avec mon sommeil. Je cherche depuis 30 ans à ne pas être fatiguée au réveil, à me lever telle une Cendrillon en chantant en canon avec les oiseaux. Alors que le matin, je ne parviens pas à quitter mon lit et en guise de chant mélodieux, je sors un grognement plaintif. Et je me la rêve, cette vie, où je sors du lit fraîche comme la rosée, que je file marcher alors que le monde dort encore et j’aurais tant de temps pour faire des trucs. Parce que le miracle morning, je veux bien mais on nous a jamais dit comment parvenir à se lever. Récemment, je me demandais si c’était bien naturel cette histoire de réveil-matin, là. Mon neveu de 7 ans galère de ouf à se lever. Alors qu’il prend même pas le métro 2h par jour… mais bon, oui, ok, il grandit. Je crois que ma vie sera plus belle le jour où je me lèverai sans difficulté. Mais est-ce si vrai, finalement ? Non parce que je serai frustrée parce que je dormirai plus et ce sera autant de temps que je ne pourrai pas consacrer à mes loisirs. Mais c’est le classique de nos mythes : on y croit fermement.

Un fol espoir

Vivez maintenant

Bref, en résumé : n’attendez pas d’atteindre un fantasmatique objectif pour commencer à vivre… parce que rien n’indique que vous obtiendrez ce que vous vouliez. C’est tout le drame de nos mythes. La minceur ne fait pas le bonheur. Peut-être que se lever facilement ne le fera pas non plus. Ca fait même plutôt le malheur, même. Parce que si je me flagellais pas mal parce que je restais épaisse, je vous dis pas comme je me déteste tous les matins. Et commencer la journée par une longue litanie de « mais pourquoi tu t’es pas couchée plus tôt, blablabla », ce n’est ni bon ni le bonheur ni pour l’humeur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *