La dune du Pilat ou l’escalade de sable

La dune du Pilat ou l’escalade de sable

Durant toute mon enfance, Arcachon se limitait à un truc : la dune du Pilat, cette immense montagne sableuse au sommet de laquelle on montait avec mes parents pour ensuite la dévaler en faisant les fous. Je l’avais revue de loin il y a presque 7 ans lors des vacances familiales dans les Landes, nous étions allés faire un tour au Cap-Ferret qui offre une belle vue sur la dune. Bref, que de souvenirs émus.

La Dune du Pilat - Arcachon

Escalader la Dune du Pilat sans escaliers

Mais voilà, la vie est parfois compliquée. Déjà qu’on doit gérer avec le covid… Ce qui signifie tous les bars et restos fermés donc pour le pipi, ce sont les toilettes publiques. Ca a été le point un peu pénible du voyage. Mais là, la Dune du Pilat, y avait une subtilité supplémentaire : l’escalier menant à son sommet a été détruit lors de la tempête Alex. Mon adoré ayant le dos en miette, j’avais donc renoncé à y monter. Mais finalement, une fois sur site, on voit des chemin plus ou moins tracés pour monter donc on se laisse tenter. Bon par contre, le sable étant fin et mes chaussures trouées sur le côté pour l’aération, je me mets directement pieds nus et OH MON DIEU quel bonheur. Le sable est si doux et frais sous mes pieds, c’est une sensation exaltante. Et ça tombe bien parce que la montée, elle, par contre… Je pars trop vite, galopant derrière mon mec donc je manque de caner deux ou trois fois. Mais enfin, le sommet et c’est… aussi beau que dans mes souvenirs. Parce que souvent, les souvenirs, ça patine, ça embellit mais là, non, le paysage est bel et bien époustouflant.

En haut de la Dune du Pilat En haut de la Dune du Pilat En haut de la Dune du Pilat En haut de la Dune du Pilat 

Le paysage de la sérénité

On reste donc un petit moment à observer le banc d’Arguin, histoire de boire un petit coup (d’eau), de faire des photos Playmo, regarder une gamine dévaler la dune en roulade pour remonter. Et on repart. Au début, j’étais fermement opposée à l’idée d’aller au bout de la dune vu que j’étais déjà un peu décédée mais mètre après mètre, finalement… C’est même Victor qui renonce à une centaine de mètres du bout du bout car on est arrivés deux bonnes heures avant et qu’il serait pas contre l’idée de redescendre. On profite quand même. D’abord parce que tout le monde se concentre de l’autre côté donc nous voilà quasi seuls. Avec l’océan à droite, une mer de verdure à gauche. On se prend la nature en pleine face, c’est tellement apaisant. Sur ma dune, je suis vraiment face à ces paysages qui vous impose une paix et une sérénité. Quand vous êtes là, à juste profiter ce que vous avez devant vous, et que ça vous paraît évident que vous êtes au bon endroit, au bon moment.

Une Playmo à la Dune du Pilat Faire la cabriole sur la dune du pilatLa Dune du Pilat Vue de la Dune du Pilat La forêt du Pilat Le banc d'Arguin Faire la cabriole sur la dune du pilat

 Une redescente comme au ski

Mais c’est l’heure de redescendre, déjà ! Alors quand j’étais pitchoune, on déboulait du haut jusqu’en bas en se laissant glisser et en rigolant. Trente ou trente-cinq ans plus tard, je ne me sens pas cette audace, on va donc se chercher un petit chemin de traverse et j’en repère justement un qui coupe la dune en deux, je vois une famille y passer. Let’s go ! Sauf que le sable est hyper meuble et chaque pas entraîne une petite glissade. Ca fait 17 ans que je suis pas allée au ski mais les sensations sont intactes… Ca me rappelle la fois où on avait descendu une piste noire et bossue à deux à l’heure. J’en avais plein les genoux pareil. Sauf que maintenant, je suis quadra et mes genoux ont un peu fait la gueule une fois sur le plat. Mais rassurez-vous, c’est vite passé !

Redescendre de la dune du Pilat Au sommet de la dune

 Ca vaut les éventuelles crampes

Alors verdict, est-ce que ça valait cette souffrance ? Bien sûr que oui. Déjà parce que j’exagère énormément la « souffrance » tant à l’aller qu’au retour. Faudrait surtout que j’apprenne à doser mon effort. Mais surtout cette vue mérite toutes les crampes du monde, c’est tout. A noter que les escaliers devraient revenir en avril. A noter également que je suis bien contente qu’on y soit allée le matin car l’après-midi, il y avait du monde ! Alors du monde comme ça un mercredi post vacances de la zone A, je n’ose imaginer la cohue en période estivale…

One Reply to “La dune du Pilat ou l’escalade de sable”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.