Faisons un tour au Canal d’Amour

Faisons un tour au Canal d’Amour

Après une matinée à Paleokastritsa et un bain fort agréable, il est temps de repartir ! On met le cap pour Sidari et son fameux Canal d’amour (en français), une sorte de rocher très stratifié qui n’est pas sans me rappeler Bonifacio, quelque part.

Canal d'amour

Joli rocher

Après un déjeuner beaucoup trop copieux (ce n’est pas la première fois en Grèce qu’on se retrouve avec des assiettes énormes), on part à la découverte du fameux canal d’amour. Bon, le tour est vite fait, c’est assez joli effectivement et c’est amusant de repasser par une sorte de champ de maïs pour rejoindre la plage.

Un champ de maïs Le Canal d'amour à Corfou Le Canal d'amour à Corfou Le Canal d'amour à Corfou

Mais plage nulle

La plage, d’ailleurs. J’avais lu que Sidari était un lieu de baignade des plus prisés et… j’ai pas trop situé pourquoi. Ce n’est pas du sable mais de la terre et surtout… on a pied absolument tout le temps. Et quand je dis pieds, si l’eau m’est arrivé aux genoux, c’était le max. Quand le bain de mer est aussi l’occasion de lâcher un petit pipi, c’est un peu gênant. On finira par se baigner à genoux. Bref, si j’ai trouvé le canal d’amour assez joli, je ne suis pas sûre de recommander Sidari dans l’absolu. 

Le Canal d'amour à Corfou Les plages de Sidari, Corfou

Et là, c’est le drame…

On rentre ! Après quelques routes moisies comme j’aime, on finit par retrouver “la grande route”. Aka une bande droite et bien asphaltée, c’est pas l’autoroute non plus. Je me relâche un peu, ça va glisser maintenant. On s’arrête à la station service pour faire le plein. Je me trompe de borne et je fais une marche arrière pour me caler bien. Vous vous souvenez que j’ai un souci de marche arrière rapport à mes lunettes et ma myopie ? En reculant, je râpe une sorte de totem en plastique. Je descends, rien de particulier sur la voiture. Je ne sais pas trop quoi faire et une fille arrive vers moi pour faire le plein. Mais en même temps, un mec me tombe dessus en me disant que j’ai cassé le panneau et que je dois le payer. Alors il faut savoir que je viens d’une famille qui se fait toujours avoir. Mes parents se sont fait extorquer 100 balles à Cuba, par exemple, par une meuf montée dans leur voiture pour leur montrer une route et qui refusait de descendre tant qu’elle récupérerait pas cette somme.

Les routes de Corfou vues du ciel
Les routes de Corfou vues du ciel (bon, on voit pas mais croyez moi, c’est corsé)

Des palabres confuses

Donc je pars en défensive surtout que le panneau est toujours bien debout donc je comprends pas pourquoi le mec s’énerve. Il me menace d’appeler la police, il y a des caméras… Mais quoi ? Victor vient à ma rescousse, je suis saoulée de ouf car on palabre 20 mn pour rien “ah mais ce panneau, il est pas à moi, il est à la station et je sais pas combien ça coûte”. Avec Victor, intervenant en juge de paix, on ne comprend pas ce qu’il nous veut. Non parce qu’en gros, j’ai abîmé le panneau mais il ne sait pas ce que ça coûte et il peut pas me le dire maintenant car on est dimanche et tout est fermé. Il a quand même appelé le loueur pour savoir si on était assurés et tout, raaaah. Bon, au bout de vingt minutes, je lui laisse mon numéro, je lui propose de prendre mon passeport en photo pour l’apaiser mais il me dit qu’il me fait confiance. Il m’appellera lundi pour voir comment on s’arrange. 

Une fin de journée gâchée

On repart, je suis perturbée, je suis fatiguée et saoulée à l’idée de devoir y retourner le mercredi (on a des excursions avant), jour censé dédié au repos, pour régler cette histoire. Surtout qu’on a plus de voiture, je la rends le soir même. Je vous le donne en mille : on n’a jamais plus eu de nouvelles. Mais moi, j’ai plus envie de prendre la voiture, jamais. C’est trop de stress et de fatigue. 

Les routes de Corfou vues du ciel

Stop la voiture !

Ca tombe bien, les deux jours suivants, on part en excursions organisées. Sauf que finalement, c’est pas la panacée non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *