Un panorama, une piscine, une maison et encore un jacuzzi

Un panorama, une piscine, une maison et encore un jacuzzi

Le défi était clair : une semaine de vacances, un max de visites en perspectives. Et franchement, on a assuré. Si les premiers jours ont été un peu mous, ne nous offrant que la visite d’une maison aux Chartrons qui va pas le faire, nous accélérons. Après les quatre visites du matin avec notre agent préféré, Yoann, à Dauneutes, on enchaîne sur trois visites l’après-midi. On va avoir droit à un beau panorama, une piscine, une maison et encore un jacuzzi. Oui, trois visites mais quatre trucs à retenir.

Une maison à Dauneutes

Tout là-haut dans le ciel

Première visite, nous rencontrons une agente immo qui nous amène dans un haut immeuble aux portes de Bordeaux. Nous avions comme critère la proximité avec Bordeaux St Jean et on est servis : 30 minutes à pied, sans doute une dizaine en vélo. Top. Mais les premiers abords nous convainquent assez peu. Je n’en ai pas trop parlé mais j’ai toujours un premier ressenti quand on rentre dans une résidence et parfois, mon premier réflexe, c’est “bof, non”. Cependant, là où on vit actuellement, j’avais pas trop aimé les premiers abords et finalement… Là, on va monter au 11e. Oui, j’ai peut-être voulu le visiter parce que la vue semblait pas mal. Mais entre l’Aldi au pied de l’immeuble, les dizaines de parkings entourant les immeubles et l’ascenseur riquiqui, l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous.

Un quartier peu chouette

L’appartement n’est pas mal, plutôt en bon état. Et y a une petite chatière sur la porte de la salle de bain qui donne sur un minuscule balcon et ça, c’est un bon point. J’en peux plus de la litière qui pue… Les pièces ne sont pas très grandes et la terrasse non plus mais ok, la vue est dingotte. Mais le coup de coeur n’y est pas. Ce n’est pas tant à cause de l’appart mais plus les alentours. On est au bord d’un boulevard qui fait le tour de Bordeaux, l’équivalent des Maréchaux. Après les apparts hyper calmes du matin, on se sent un peu agressés. En sortant de la visite, on décide de se rendre à la gare à pied car on a largement le temps avant de retrouver Yoann pour une cinquième visite en sa compagnie. Le trajet est nul, on n’est vraiment convaincus par rien.

Vue sur Bordeaux

Piscine et jacuzzi

5e appart avec Yoann, donc. Il nous accueille à l’agence et nous explique : l’appart que nous allons visiter n’est pas encore sur le marché, il ne sera disponible qu’à partir de décembre ou janvier, selon les projets des gens qui habitent dedans. La femme est enceinte et accouchera en novembre, ils veulent plus grand. Yoann est particulièrement enthousiaste car “il y a une piscine dans la résidence”. Je sursaute et il capte qu’on se regarde, avec Victor. Je lui explique que je suis une aquatique donc forcément, une piscine… Et là, il enchaîne “alors, cet appartement, il est pour vous”. Alors effectivement, l’appartement est génial. La cuisine est super, les chambres très bien, la déco au poil. Yoann m’entraîne dans la salle de bain pour la surprise du chef : outre une douche (oui !), un jacuzzi ! Enfin, une baignoire à remous. Super état, tout ci, tout ça. Je souris de toutes mes dents mais… en vrai, ce genre de trucs, on sait comment ça commence et ça finit. D’abord, tu prends cinq bains à remous par semaine puis tu t’en sers plus jamais. Quant à la piscine, on a un doute : ça veut dire que ça va être blindé d’enfants qui crient tout l’été ? C’est pas très feng-shui. Par contre, le balcon est super. 

Baignoire jacuzzi
Non mais en vrai, ça donne envie, j’avoue

Encore une maison ! 

Mais abandonnons Yoann pour rejoindre une troisième agente immo pour une maison. Pas encore officiellement sur le marché et au-dessus de notre budget mais “c’est négociable”. La rue est pas mal maiiiiiiiiiiis la maison est cloisonnée sur un côté par… une immense plaque de tôle. Bon. L’agente arrive et nous fait entrer. Je vous parlais de la première impression et je déchante direct. Le jardin est un rectangle de gravier avec, au bout, une sorte d’abri où traînent des meubles défoncés. Alors ok, c’est rien de grave mais quand la première chose que tu vois, ce sont des encombrants abandonnés depuis pas mal de temps, ça fait pas rêver. Mais bon, on va pas vivre sur le devant de la maison… Même si j’imagine bien une petite piscine et transformer le débarras en pool house. Et caler un jacuzzi dans le coin, c’est la mode par ici.

Future piscine et futur pool house

Un étage inaccessible

Entrons dans la maison ! On entre dans une vaste pièce à vivre avec une cuisine à ilôts bien sympa. Il y a également un poêle au fioul pour chauffer mais perso, ça ne m’intéresse pas vraiment. Cheminée ou rien. Le rez-de-chaussée est pas mal, il y a même un petit passage extérieur qui relie la cuisine et la chambre des parents. Un peu original mais j’aime bien. Et si je parle de rez-de-chaussée, c’est qu’il y a un étage. Enfin, une sorte d’étage. Vous vous souvenez de l’escalier colimaçon galère de la maison des Chartrons ? Là, on a le même mais attention, on rajoute de la difficulté : une poutre ! Oui, le passage pour accéder à la mezzanine est un trou d’environ 1m30 de hauteur. C’est à dire qu’avec mon sac sur le dos, j’ai un peu galéré à passer. Moi qui suis petite. Une grande mezzanine qui pourrait servir de bureau et une salle d’eau au bout. Bon.

Un après-midi sans coup de coeur

On quitte l’agente immo et Victor s’emballe “elle est ouf cette maison !” Moi “t’es sérieux ? Y a tout à refaire…”. Ainsi donc, chou blanc sur l’après-midi même si le 2e appartement était dingue. Surtout la piscine et le jacuzzi, quand même. Mais je craignais qu’on ne débarque pas avant le printemps. Non parce que je connais quelques femmes enceintes qui déménagent, genre ma soeur à 8 mois, mais ça me paraissait un peu trop hypothétique pour se lancer. Du coup, après ces 8 visites en deux jours, j’ai un favori : l’appart du rez-de-chaussée. Mais rien n’est joué car le lendemain, on a six visites de prévues. On va pas survivre à ces “vacances”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *