La malédiction de Zeus et l’enfer de Malia

La malédiction de Zeus et l’enfer de Malia

Ok, je plaide coupable : mon titre est bien trop grandiloquent pour ce qui va suivre. Quoique, quoique… Pour ce deuxième jour de périple automobile, j’ai prévu d’aller faire un tour de montagne avant de finir sur la plage. Ouais, je sais de quoi ça a l’air. Je râle toujours sur les routes de montagne mais là, je cherche un peu. Ouiiiiiiii mais il paraît que le plateau de Lassithi est splendide avec ses moulins à vent, ou du moins ce qu’il en reste, et sa grotte de Zeus. Ouais, la grotte de Zeus, carrément. Puis on filera vers Malia, station balnéaire qui possède son palais Minoen. Attachez vos ceintures, on est partis.

Le plateau de Lassithi

Un village… pourquoi tout le monde veut y aller ?

Pour profiter pleinement de l’expérience virée dans les hauteurs, j’ai creusé à droite à gauche pour trouver un parcours. Et je repère deux petits villages encensés un peu partout. Le trajet se passe sans encombre jusqu’à l’arrivée du premier village, Mochos. J’en avais trouvé mention dans plusieurs articles sur le plateau de Lassithi. Alors, déjà, je me retrouve à rouler dans un village aux rues si étroites que je frémis pour mes rétroviseurs mais surtout, je n’ai aucune idée de quoi faire et où aller. On finit par se garer dans un petit parking attenant à l’école et… bah, pas grand-chose. On fait le tour du village en deux-deux et à part une petite place avec quelques kafenions autour, y a rien de notable. Au vu des quelques buggies que l’on croise, on suppose donc que c’est une halte appréciable pour aller boire un coup. Mais là, on n’a pas soif et il fait pas très beau. Donc on file au deuxième village sur notre route.

Le village de Mochos sur le plateau Lassithi Le village de Mochos sur le plateau Lassithi Le village de Mochos sur le plateau Lassithi Le village de Mochos sur le plateau Lassithi

La pluie nous cueille

Krasi est réputé pour son immense arbre centenaire tapi au cœur du village. Et c’est vrai que cet arbre, rajouté au vieil aqueduc attenant, ça a de la gueule. Mais une fois de plus, pas grand-chose à faire. Sous l’arbre, plusieurs tables sont dressées mais alors que l’heure du déjeuner arrive, il n’y a personne. Faut dire qu’il commence à pleuvoir. Et c’est bien là tout notre drame. En effet, nous avions prévu de faire un tour à la grotte Psychro ou Dike. Je sais pas pourquoi y a plusieurs noms. Mais cette grotte est, selon la légende, le lieu de naissance de Zeus et c’est assez réputé. Même si chaque avis commence par « attention, c’est un peu galère pour y monter, ça glisse ». Ok, donc mon mec a un dos un peu tatillon, je tombe avec trop de facilité et on va aller se galérer pour une grotte autant adorée que décriée ? Bon… alors on ira voir Zeus une autre fois, on fonce vers la côte pour rejoindre Malia. On redescend la route de montagne et on se retrouve bloqués par un troupeau de moutons qui traverse tranquillement la route… et surtout la voiture de devant où la passagère prend tout son temps pour prendre en photo les animaux plutôt que de tenter de passer.

L'aqueduc de Krasi en Crète Des chats crétois L'aqueduc de Krasi en Crète Krasi en Crète Krasi en Crète

Malia, le Cancun local

Malia est une station balnéaire qui semble très prisée par les Britanniques selon les t-shirts souvenirs de type « born in London, destroyed in Malia ». En cette année 2020, on longe des rues bordées de bars er de discothèques fermées mais j’ai la sensation qu’on a trouvé le Cancun des Britanniques. Donc Malia, on n’a pas aimé mais alors vraiment pas. Surtout que si la plage a l’air bien jolie, on ne peut pas vraiment s’en approcher tant c’est squatté par les restaurants et les bars. Okay, super… on atterrit dans un improbable restaurant en forme de bateau pirate tenu par des Hollandais très occupés à servir leurs compatriotes… ce qui allonge le repas jusqu’à l’absurde. Quand on veut partir au bout de trois heures, le tenancier nous demande de rester pour nous servir les fruits et le raki. Ca fait bien vingt minutes qu’on a fini notre café, laisse-nous partir ! Je commence à faire un peu la tête. Journée ratée. La montagne, on n’a rien vu et surtout pas de moulins à vent soit-disant typiques et on est tombés dans la pire station balnéaire de l’île.

 

Malia en Crète Malia en Crète Malia en Crète

Moulin à vent du Lassithi
Le seul moulin à vent croisé, c’était devant un resto de Malia

Un Palais en bord de mer

Mais on a un dernier stop avant de rentrer : le palais minoen de Malia. Oui, souvenez-vous ! Mon thème « grotte et palais minoen ». Et là… me voici réconciliée avec cette journée et Malia. S’il n’est pas aussi vaste que Knossos, il offre vraiment de beaux vestiges et la balade est plus qu’agréable. Le site est en plein déblayage mais si vous voulez éviter la foule à Knossos mais découvrir un palais minoen, c’est à Malia qu’il faut aller.

Le Palais minoen de Malia Le Palais minoen de Malia Le Palais minoen de Malia Le Palais minoen de Malia Le Palais minoen de Malia

Une balade Sterimar

Et pour finir la journée, quelques mètres plus loin, se trouve une plage un peu plus sauvage avec une courte balade dans les rochers; très facile d’accès (souvenez-vous, je suis la femme qui chute) qui nous a offert un peu panorama et quelques embruns. Je note pour notre prochaine venue en Crète : ne pas s’encombrer du Sterimar, c’est vraiment pas utile.

Malia, vue sur la côte Crétoise Malia, vue sur la côte Crétoise Malia, vue sur la côte Crétoise Malia, vue sur la côte Crétoise

Retour à l’hôtel avec le rendu d’une voiture sans égratignure et pleine d’essence. Pour le lendemain, on va se laisser guider. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *