J’ai testé pour vous le bodyhit

J’ai testé pour vous le bodyhit

Et j’ai douillé. Dans la vie, j’ai une passion : tester des trucs. Je tournais et virais autour du bodyhit depuis un moment puis quand j’ai été ciblée par une pub Instagram pour une séance gratuite, j’ai craqué. Victime du marketiiiiiing. 

Une séance de bodyhit

La promesse d’une musculation accélérée

Alors le bodyhit, c’est quoi ? C’est du hiit boosté par de l’électrostimulation. La promesse : 20 minutes de bodyhit équivalent à quatre heures de musculation. Une copine d’une agence partenaire s’était inscrite et semblait satisfaite. De mon côté, j’avais une certaine expérience de l’électrostimulation après ma rééducation du genou et, évidemment, j’avais acheté quelques appareils de ce type car victime du marketiiiiiiiing. J’avais également une petite expérience de la plateforme vibrante de la même marque et j’ai arrêté car ça me filait de violents maux de tête. 

Bien, nous voilà le jour J, je débarque les mains dans les poches. Mon coach du jour m’accueille et me file un shorty et un T-shirt à enfiler. Hey, il me file du S pour le shorty, j’ai pas commencé que je suis déjà plus mince ! Bon en vrai, je pense juste que le shorty est unisexe et je sais que le S homme me va bien (on parlera un jour de la différence de taille entre hommes et femmes… ou pas). Une fois changée, c’est parti pour me sangler dans tous les appareils, ça prend un petit moment. Jusque là, tout va bien même si ça me stresse un petit peu… 

Attention à la châtaigne !

Mais ce n’est rien comparé aux explications où mon coach m’explique que je dois bien gainer au moment où l’électricité arrive pour éviter la petite châtaigne. Du coup, je suis concentrée à mort et bien rigide comme il faut, ahah. Le coach lance l’électricité et… j’explose de rire. Le fourmillement me chatouille. Il règle l’appareil par rapport à ma résistance et on commence les exercices. Ca durera une dizaine de minutes au lieu de vingt car je débute, faut y aller doucement. 

Alors côté exercice, je fais des squats et ce genre de choses. C’est vite fatigant, je transpire un peu. Globalement, ce n’est pas difficile et j’arrive à gérer l’histoire des châtaignes correctement. Y a juste un exercice qui m’a stressée un peu : je devais me mettre en “chaise” avec un ballon dans mon dos mais l’électrostimulation me donnait de drôles de sensations et j’avais peur de tomber. Mais j’ai toujours peur de tomber donc à relativiser.

Je suis vieille

Bref, je finis ma séance, petite douche pour virer le gel (et un peu la transpiration), j’ai trouvé ça intéressant. Est-ce que ça fait vraiment travailler ? Au vu des courbatures que je me suis tapée pendant 4 jours, la réponse est OUI. J’ai douillé ! Le cours de danse du soir même fut un peu douloureux, celui deux jours après pas beaucoup mieux. Je me suis sentie si vieille… 

Appareillage du bodyhit

Du coup, au vu de mes douleurs très bien localisées sur mes muscles, je pense bien que c’est efficace. Est-ce que je vais poursuivre en m’inscrivant dans un centre ? Je doute. Bon, d’abord, le coût est assez élevé et ensuite, je ne suis pas tellement intéressée par le fait d’être musclée, j’aimerais mieux être ferme avec un peu de moelleux comme les délicieux pancakes japonais que je n’arrive vraiment pas à reproduire. Par contre, j’aime assez bien la sensation d’électrostimulation, ça chatouille un peu et ça masse… Du coup, j’hésite à craquer pour une ceinture (mais un truc un peu bien, quand même) ou éventuellement un panty histoire d’avoir ma dose de chatouilles.  

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *