Où les photos immobilières sont trompeuses 

Où les photos immobilières sont trompeuses 

Et pas qu’en mal. Je suis une meuf dotée d’une très imagination galopante. Galopante parce que je la maîtrise autant que des parents arrivent à canaliser un enfant surexcité. Elle court, elle saute, elle se raconte mille histoires avant que j’ai eu le temps de la raisonner. Donc dès qu’on me montre des photos immobilières, je me projette puissance mille. Et pour nos visites du jour, je pensais tenir ma grande gagnante. A tort ou à raison. 

Rue des fleurs

Une matinée chargée

Sur cet article, je vais me consacrer sur les visites du matin à Dauneutes car ça va déjà être long. Nous retrouvons notre agent immobilier préféré, que nous appellerons Yoann. Nous avions quatre visites prévues avec lui mais petit changement de plan : nous allons bien en voir quatre mais celui que Victor aimait bien n’est pas visitable car loué en Airbnb. Je ? Alors j’ai jamais cherché à vendre un bien immo, notez, mais si tu veux le vendre, faut pas faire en sorte de pouvoir le faire visiter ? Pas forcément là de suite mais pas le bloquer plusieurs jours ? Enfin, peu importe, notre ami Yoann nous en a dégoté un autre à la place. Et un cinquième qu’on visitera en fin de journée. Et bah… 

Passion loggia

Il nous amène à pied au premier appartement. Il nous offre au passage une petite visite guidée de la ville, nous conseillant tel resto, nous expliquant les marchés… Le mec devrait bosser à la comm de la mairie, ça donne envie de signer tout de suite. Bon, premier appart, celui dont on n’a pas vu de photos. On est sur un quartier très neuf avec commodités, très proche de Bordeaux. Y a pas un charme de fou mais c’est pratique. Pas grand chose à dire de cet appartement si ce n’est une immense loggia. Il est propre et déjà bien équipé, zéro travaux à prévoir. Pas même la salle de bain vu qu’il y a déjà une grande douche. Et puis y a un chat dans la cour. 

Une salle de bain avec douche Une belle loggia

Un appart où je me projette pas

Deuxième appartement, c’est celui au 7 qui m’avait plu sur les photos immobilières. L’immeuble est tout juste livré, neuf de chez neuf. Et… je me projette pas du tout. Nous étions sur un T3 avec un bureau pour Victor dans la deuxième chambre puisqu’on était sûrs qu’il serait en full remote. Le souci de cet appart, c’est que je ne trouve pas de place pour moi. Et la vue n’est pas si ouf même si je reconnais au loin un fort joli bâtiment croisé deux jours plus tard. Je le fais remarquer et Yoann nous précise : « Vous pouvez y manger, le midi, c’est très sympa ». OK, noté !

Dauneutes vu d'en haut

Un pays magique où les voitures laissent traverser les piétons

On repart par un autre chemin pour qu’on puisse se rendre compte que c’est pas loin. En effet. On est en route vers le rez-de-chaussée que j’étais moyen motivée pour visiter. Les photos immobilières ne m’avaient pas envoyé du rêve du tout. Mais après, la récompense : la maison ! Celle que j’ai traquée sur Google earth et Google Street sans succès. En cheminant, on s’extasie des voitures qui s’arrêtent pour nous laisser passer. L’avantage quand on quitte Paris, c’est que nos attentes sont très basses en terme d’amabilité et de politesse. Ceci dit, à Toulouse, les automobilistes sont de sacrés connards aussi. 

Un appart dans la rue des fleurs

Oh, nous revoici dans la rue des fleurs qui chatouillent et de la lavande qui sent bon. L’appart au rez-de-chaussée est juste en face. Résidence hyper verte et on croise même un chat tout mignon tranquillement posé sous un buisson. Évidemment, je pousse une exclamation de joie au vu du félidé. Vraiment pas besoin d’une capuche à oreilles pour passer pour une bouffonne. Nous voici donc dans le rez-de-chaussée. Ici, c’est un T4 et alors que je rentre dans les chambres pour enfants aka nos éventuels futurs bureaux, j’ai un coup de cœur. Chaque fenêtre tombe sur un bosquet arboré qui entoure l’appartement. Bureau avec vue sur la végétation. Je m’y vois. Mais surtout, y a cette immense loggia avec, au bout, un jardin bien plus grand que ce qu’on voyait sur les photos immobilières. Je suis conquise. 

Un bureau avec vue sur la nature Une belle loggia

La maison de mes rêves ?

Mais maintenant, on va voir la maison. Hiiiii ! Située au coeur d’une rue super calme mais… bon, je savais que la façade était moche mais en fait, la dalle de béton entourée d’un grillage couvert d’une espèce de paille verte, ça n’aide pas. On entre et je vois que les puits de lumière de la façade sont obstrués. Alors, je… pourquoi ? La maison a quelques atouts, notamment sa cuisine neuve et ses salles de bain avec douche. Oui, on veut une douche, pas une baignoire. Et vraiment, je comprends pas cette manie d’avoir de cuisine quasi nulle part. Le rez-de-chaussée est tout à fait honnête même si l’arrière de la maison donne direct chez le voisin et toujours du béton. Pourquoi ? Mais montons à l’étage : on va trouver donc une salle de bain et 2 pièces et 2 demi-pièces. Car oui, le toit est très pentu donc de l’espace, on en a à revendre mais c’est pas très carrez. Et pas très au goût de Victor qui a du mal à se tenir debout dans plus du tiers des deux pièces. Bref, beaucoup de place mais peu d’espace de vie, finalement. On se projette pas vraiment. 

Un extérieur en béton Salle de bain minuscule

Mais le festival n’est pas fini ! 

Retour à l’agence. Nous suivons les conseils de Yoann pour le déjeuner et nous avons trouvé notre future cantine. Avant de le quitter temporairement, il nous demande si nous avons des petits coups de coeur et je le verbalise. Le rez-de-chaussée avec vue sur la nature. Mais rien n’est joué car nous avons encore trois visites programmées à Dauneutes dont une maison. Encore ! Et notre ami Yoann se prépare à jouer son va-tout. On va en prendre plein les yeux. Même si j’ai bien noté de me méfier des photos immobilières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.