J’ai testé pour vous la montgolfière

J’ai testé pour vous la montgolfière

Trois nouvelles expériences en moins de 6 mois, je bats des records ! Après la flottaison et la salle d’arcade VR, me voici donc prête à grimper dans une  montgolfière.

Faire de la montgolfière en Egypte, à Louxor
C’est en Égypte que ça se passe. Lors de notre réunion d’information, notre guide  nous présente les différentes options en supplément dont le vol en montgolfière au dessus de la rive gauche au soleil levant. Je frétille. 100 euros le vol. Erf… ah mais y a une promo. Et puis bon, comme dit le guide, on ne sait pas si on reviendra… et l’aérien, ça me travaille pas mal, notamment le parapente et le planeur. Enthousiaste, je me tourne vers mon adoré qui fait la moue. Étant sujet au vertige, il ne se sent pas de tenter l’expérience. J’irai donc seule.

Vol au soleil levant

Le jour même, lever à 4h. Ca pique, oui. Mais le lever de soleil, tout ça… Sauf que la mise en place est très compliquée, on monte dans la nacelle alors que le soleil est déjà levé. La nacelle, parlons en. J’avais imaginé que nous serions entre quatre et huit par montgolfière. Or la nacelle se compose en réalité de 8 cases de 4 personnes environ. La montée est un peu complexe mais j’y parviens sans chuter. Une fois en place, la nacelle m’arrive quasi aux aisselles, aucune peur de chuter.

Décollage de la montgolfière
Le décollage est doux. En fait, on voit bien le sol s’éloigner mais on ne se sent pas particulièrement en déplacement. Arrivé à notre altitude de croisière, alors que le sol est vraiment bien loin, aucune sensation de vertige. Je dégaine mon appareil photo, charmée par la beauté du paysage.

Tout en douceur

Voler en montgolfière est une expérience sereine. Il y a certes le souffleur qui fait un bruit d’enfer (mais à 7h du mat en février, sa flamme ne vous dérange pas du tout…) mais dès qu’il se tait, la montgolfière qui glisse dans le calme du matin, on touche du doigt ce sentiment de plénitude après lequel Brigid et moi courons tant.

Survol du désert égyptien en montgolfière


Mais l’atterrissage approche. On zigzague un peu, on remonte pour éviter un arbre (plutôt sympa…) puis on doit se préparer au « final landing ». C’est le moment un peu technique du vol, y compris pour les passagers. Vous devez vous tourner dos à l’atterrissage, genoux fléchis mais dos droit et saisir une poignée en corde devant vous. La montgolfière va toucher le sol une première fois, une deuxième fois et sur la troisième, où elle s’immobilise, où elle oscille vers un des côtés puis s’immobilise ou elle oscille et repart pour un ultime rebond. Alors expliqué avant le vol, c’est un peu flippant mais le toucher du sol se passe comme le reste, en douceur. Bon par contre, on a atterri trop près d’un champ de canne à sucre, faut se décaler un peu, c’est laborieux mais on finit par pouvoir sortir de la nacelle.

Une expérience à vivre

Alors est-ce que j’ai aimé ? Oui ! Est-ce que je recommande ? Oui ! Même si c’est pas donné, j’ai envie de recommencer ? Oh que oui. Ne serait-ce que pour vérifier si la mise en place est toujours si compliqué. Mon seul bémol, c’est que je trouve que ça ne dure pas assez longtemps mais je crois qu’avec 10 ou 20 mn de vol supplémentaire, j’en aurais voulu plus, de toute façon.

Envol des montgolfières vers la Lune
Alors si vous avez l’occasion et le budget, foncez.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *