Crois en ta chance

Crois en ta chance

Ma vie a toujours ressemblé à une montagne russe émotionnelle. Peut-être parce que je suis toujours dans la surréaction. Allez savoir. Du coup, j’ai ancré en moi l’idée d’une balance où tout ne peut pas fonctionner à la perfection. Alors que ça arrive à d’autres, hein, mais moi, non. Par exemple, fin juillet, j’ai eu une série de coups de bol et j’ai commencé à paniquer, attendant le retour de bambou. Cette fois, je me dis que je dois arrêter ma superstition à la noix et croire en ma chance. Car après tout, rien ne m’est tombé du ciel.

Croire en sa chance
(c) Bianca Ackermann

Tout roule ma poule…

Résumé des épisodes précédents : j’ai commencé à chercher un boulot début juillet, j’ai passé des entretiens avec une boîte qui m’a plue et, wouah, je leur ai plu aussi. Donc niveau chronologie, ça donne : envoi des 1er CV le 06 juillet, proposition et démission le 28, fin de préavis le 31. Mon solde de tout compte couvre l’inactivité de sept semaines, on prévoit plein de vacances. Et cerise sur le gâteau : après avoir été remboursée pour un colis perdu, je le reçois finalement. Bon, c’était un aspirateur usb pour clavier à 30 balles mais je commence à paniquer. Ca va finir par se payer. Ah et pour ceux qui me diraient de rétablir le karma en renvoyant l’argent de l’aspirateur, le vendeur a essayé de m’arnaquer en prétendant que si, si, mon colis avait été bien livré en me donnant un autre numéro de suivi. 

… à quelques détails près

Pourtant, j’ai eu quelques contrariétés. Déjà, j’avais prévu de profiter de ce sept semaines pour m’offrir le check-up des 40 ans mais, ahah, j’ai plus de mutuelle. Du coup, on se contentera du remplacement du stérilet vu que j’avais déjà pris le rendez-vous. On a dû se chamailler avec notre logeuse pour pouvoir payer notre loyer. Oui, j’ai dû me battre pour payer, quelle vie ! On a failli ne pas partir cette semaine à cause du dos en vrac de mon adoré. Et je crois que j’ai cassé l’appareil photo de mon téléphone qui n’arrive plus à faire le point. Mais tout est bien qui finit bien et je reste sur le qui-vive. C’est quoi la prochaine embrouille ? La GROSSE embrouille. En général, c’est la perte de ma CB…

Quand l'orage s'en vient

Pourquoi tout ne pourrait pas aller bien ?

Pourtant, une question demeure : pourquoi j’aurais pas le droit à juste kiffer la vibe ? Pourquoi je considère toujours que les merdes arrivent légitimement par grappe mais pas ma chance ? Je me souviens de l’année 2012 où j’ai rencontré un gars en plein marasme professionnel… et il m’a quittée après avoir que les planètes se soient bien alignées niveau pro, toujours. De là, j’avais un peu réécrit mon histoire sous le prisme de ce théorème pété en mode “je peux pas avoir la félicité professionnelle ET personnelle”. Alors que si, en fait. Comme la plupart des gens. Je vis une relation harmonieuse depuis quasi six ans ET je travaille. Malgré quelques crises de nerfs dues à un milieu professionnel assez toxique, j’ai mon petit succès quand même. 

Un parfait équilibre

C’est même pas une question de karma puisque je ne considère pas avoir fait quelque chose qui mériterait qu’un truc déconne. C’est juste d’une question d’équilibre. Tout ne peut pas être tout blanc ou tout noir, c’est logique. En 2013, alors que je vivais ma meilleure semaine et ce dès le mois de janvier, j’ai eu la même journée : une super nouvelle professionnelle, un rendez-vous où j’ai cartonné et… ma CB perdue et je me suis trouée la jambe en tombant dans le métro. Un vrai trou, hein, 7 ans encore, je conserve une sacrée cicatrice. Et quelque part, j’étais un peu soulagée : l’équilibre était parfait.

Un cairn
(c) Jepper Hove Jensen

Un long travail de déprogrammation

C’est idiot, oui. Mais c’est surtout épuisant. Je guette, je traque. J’attends la catastrophe qui me paraît inéluctable. Je parle de déprogrammation en permanence ici, de se débarrasser des injonctions de tous poils, les pensées limitantes. Mais il ne suffit pas d’identifier toutes ces limites que l’on se pose pour s’en débarrasser, c’est un travail de longue haleine. 

Bref, je vais tenter de me détendre. Et de faire gaffe à ma CB.

 

One Reply to “Crois en ta chance”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *