Corfou, un goût pas grec

Corfou, un goût pas grec

Ce titre est une catastrophe mais il est temps de fermer ce cahier corfiote. Oui, c’est le vrai adjectif. Et je ne saurais mieux résumer notre ressenti que par ça : ça n’a rien à voir avec ce que l’on connaissait de la Grèce. Et c’est un à priori qui nous a sans doute gâché un peu le voyage. Corfou, c’est entre l’Italie et la Croatie et ça se sent.

Corfou

On voulait des ruines…

Comme on aime les vieilles pierres, forcément, on rêvait de ruines antiques. Heureusement qu’on s’est offert un petit crochet par l’Albanie et le site de Butrint parce que sinon, on n’aurait rien vu de tel. Ce n’est pas pour autant que Corfou ne recèle pas de sites majestueux. J’ai eu un véritable coup de foudre pour l’Achilleion et son côté palazzo à la fois imposant et élégant. Rien que pour ça, je recommande Corfou. Il y a aussi le joli monastère de Paleokastritsa qui vaut amplement la montée à pied. Parce qu’en voiture, non, vraiment, ne vous imposez pas ça.

Achilleion à Corfou

Parfait pour flâner

En vérité, Corfou est une très belle destination flânerie. La ville de Corfou appelle à ça et les plages sont globalement très belles. Ajoutez à cela quelques curiosités géologiques comme le Canal d’Amour et le panorama le long des routes, vous serez comblés. Routes cependant bien galères, j’étais contente d’avoir pris une bonne voiture. Gardez cela en tête. Si vous y allez, évitez de prendre un petite voiture sans puissance. 

Mouse's island à Corfou

Un « adult only » très relatif

Sans doute avons-nous mal choisi notre hôtel. Il était très beau en soi et sans doute bien placé car la plage d’Issos et sa dune sont particulièrement remarquables. Sans l’hôtel à côté, nous n’y serions pas allés. Cependant, nous n’étions pas forcément au meilleur endroit. A repartir, je m’installerais plus à Paleokastritsa ou directement à Corfou, ville qui m’a bien plu. Mais surtout, on s’est sentis floués sur deux trucs. D’abord la nourriture : jamais rien de grec à moins de réserver à la taverna de l’hôtel jumelé et franchement, c’était pas terrible. Le pire ayant été le “restaurant italien” qui n’était rien de plus qu’un énième buffet. Mais surtout le côté “adult only” était complètement cassé par l’hôtel jumelé à cent mètres de là avec des enfants partout. Le gros point positif restera cependant la piscine semi individuelle dont j’ai bien profité. 

Issos beach à Corfou

Encore un rythme à trouver

Bref, on avait envie de Grèce, on ne s’était pas rendus compte que ce n’était pas la bonne destination pour ça. Essentiellement parce qu’on réserve un peu à l’arrache en passant sur Voyage Privé. Corfou reste une destination agréable, une île méditerranéenne comme j’aime. Les excursions ont bien douché notre enthousiasme, aussi, entre le bain dans les eaux cristallines enrichies en mazout et le cauchemar des touristes mal-aimables de l’Albanie. On est encore à la recherche d’un rythme entre balades à deux (signifiant heures de conduite pour moi) et journées détente. On a trouvé un truc intéressant en Crète, je vous en parlerai très bientôt.

Corfou vue de la mer

Dix jours, c’était trop long ?

A refaire, je choisirais de me poser plus à Corfou ou à Paleokastritsa. Mais en vérité, de nos escapades grecques, je préfère Rhodes ou la Crète que nous avons découvert cette année. Corfou reste une jolie destination mais finalement, dix jours, c’était peut-être trop. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *